Le tombeau de lucioles

Blog de titou23 :histoire de l' art, Le tombeau de lucioles

Le Tombeau des lucioles est un film d'animation japonais de Isao Takahata du studio Ghibli, sorti en 1988.

Durant l'été 1945, dans le Japon de la seconde Guerre mondiale, deux enfants, Seita (un adolescent de quatorze ans) et sa jeune sœur Setsuko (qui a quatre ans), se trouvent livrés à eux-mêmes après la mort de leur mère, suite au bombardement à la bombe incendiaire de Kobe par les forces armées américaines. Après avoir vainement tenté de contacter leur père, un officier supérieur de la marine impériale japonaise, Seita et Setsuko partent habiter chez une tante éloignée. Un temps accueillante, la tante traite progressivement les deux enfants comme des fardeaux. Aussi, Seita et Setsuko partent et se réfugient dans un abri désaffecté. Celui-ci est illuminé la nuit par des milliers de lucioles. Les problèmes s'enchaînent : la nourriture vient à manquer et Setsuko tombe malade. Seita se met alors à voler de la nourriture, mais se fait prendre par un fermier. En désespoir de cause, il part en ville vider le compte en banque de ses parents et apprend à l'occasion la capitulation du Japon et la destruction de la marine japonaise. De retour à l'abri avec de la nourriture, il ne parvient pas à sauver Setsuko de la mort. Après l'avoir incinérée, il se laisse à son tour dépérir jusqu'à sa mort, dépeinte au début du film avant un long flash-back. Les esprits des deux enfants, réunis, contemplent le Kōbe moderne.

mercredi 12 février 2014 15:37


Guernica

Blog de titou23 :histoire de l' art, Guernica

Guernica est une des œuvres les plus célèbres du peintre espagnol Pablo Picasso, et un des tableaux les plus connus au monde. Guernica est une peinture d'une taille monumentale (349,3 × 776,6 cm). C'est une peinture d'histoire, à l'huile, exécutée en noir et blanc, avec un camaïeu de nuances de gris (grisaille).

Picasso réalisa cette huile sur toile de style cubiste entre le premier mai et le 4 juin 1937 à Paris, en réponse à une commande du gouvernement républicain de Francisco Largo Caballero pour le pavillon espagnol de l'Exposition Internationale de Paris de 1937.

À la suite du bombardement de Guernica, le 26 avril 1937 pendant la guerre civile espagnole, horrifié par ce crime, Picasso se lance dans la création d'une de ses œuvres les plus célèbres : Guernica et il dit : « Cette peinture n’est pas faite pour décorer les appartements. C’est un instrument de guerre, offensif et défensif contre l’ennemi. ». Elle symbolise toute l'horreur de la guerre et la colère ressentie par Picasso à la mort de nombreuses victimes innocentes, causée par le bombardement des avions nazis à la demande du général Franco. Guernica fut exposé dans le Pavillon espagnol de l'Exposition internationale à Paris en 1937.

Cette oeuvre explique et décrit un des bombardements de la ville de Guernica, qui venait de se produire le 26 avril 1937, lors de la guerre d'Espagne, ordonné par les nationalistes espagnols et exécuté par des troupes allemandes nazis et fascistes italiennes. Le tableau de Picasso, qui fut exposé dans de nombreux pays entre 1937 et 1939.

Conservée pendant toute la dictature franquiste aux États-Unis, sur demande de Picasso, cette œuvre a été transférée en 1981 en Espagne, où elle est conservée depuis au Musée Reina Sofía à Madrid.

La figure centrale du tableau est un cheval (ou une jument) horrifié dont le corps, recouvert de traits formant des lignes horizontales, est transpercé par une lance. À gauche, une femme porte son enfant mort et hurle de douleur. Derrière elle, se dresse un taureau. En bas, à gauche, un homme allongé avec les bras en croix tient une épée brisée. Seule minuscule trace d'espoir, on distingue une petite fleur presque effacée entre les pattes du cheval et l'épée cassée. À droite du tableau, trois femmes désarticulées pleurent ou hurlent ; l'une d'entre elles tend une lampe à huile vers le centre du tableau. En arrière-plan, des formes géométriques évoquent des immeubles incendiés, les flammes étant représentées par des triangles clairs.

lundi 20 janvier 2014 19:32


La Géode

Blog de titou23 :histoire de l' art, La Géode

La Géode est un bâtiment en forme de sphére.Situé dans le parc de la Villette, dans le 19 arrondissement de Paris. C'est exactement un cinéma et une société de distribution de film.

Construite par les architectes Adrien Fainsilber et Gérard Chamayou, elle fut inaugurée le 6 mai 1985. D'autres géodes existent en France, mais celle-ci constitue avec la coupole du Palais des sports la seule géode de la région parisienne, depuis la fermeture de celle de La Défense en 2001.

Sa structure est constituée d'un certain nombre de couches, a peu près comme un oignon. La couche externe et visible est une géode par triangularisation (images si dessous) de 36 m de diamètre, composée de 6 433 triangles sphériques équilatéraux en acier poli qui réfléchissent la lumière, un peu à la manière d'un miroir. Ces triangles d'un mètre vingt de côté sont fixés sur une fine ossature métallique reprenant la même structure géodésique en triangle, constituée de 2 580 barres en tubes d’acier1. Les triangles en acier ne sont pas jointifs, pour ne pas compromettre l'effet "miroir" et pour permettre aux triangles de se dilater sous l'effet de la chaleur. L'eau s'infiltrant entre eux est recueillie dans le bassin entourant la géode.icosaèdrepetite géodemoyenne géodeBlog de titou23 : histoire de l' art, La Géode

vendredi 20 décembre 2013 10:15


Les quatre baigneuses

Blog de titou23 :histoire de l' art, Les quatre baigneuses

Cette oeuvre est une peinture qui représente quatre femmes se baignant nues en pleine nature, trois d’entre elles semblant faire leur toilette, la quatrième étant assise au bord de l’étang au premier plan de l’image.

Se baigner nu en pleine nature représente dans l’Allemagne de 1910 un acte d’une grande liberté et d’une grande modernité ; les jeunes artistes modernes du début du XXème siècle sont en quête de nouveauté, de liberté et veulent rompre avec les traditions poussiéreuses de l’Allemagne traditionnelle. Kirchner appartient à ces jeunes artistes, appelés expressionnistes, qui recherchent de nouvelles façons de vivre et de peindre. L’œuvre les Quatre baigneuses représente ce nouveau mode de vie et présente une façon nouvelle de peindre et de représenter le réel, une façon résolument moderne et avant-gardiste.

 

Les corps sont représentés sans réalisme, de façon très libre et expressive, ceux-ci sontschématisés, esquissés rapidement grâce à des aplats de couleur et des contours épais. On voit bien que le peintre ne se soucie pas de la ressemblance avec le réel mais qu’il est plutôt intéressé par la force expressive des corps qu’il peint (c’est à dire l’idée de liberté qu’ils expriment). Il n’y a pas de réalisme non plus dans les couleurs choisies, le ciel est rose du même rose que celui de certains corps, on remarque donc que le peintre choisit les mêmes couleurs pour peindre le corps et le paysage (le orange de la colline à l’arrière plan est utilisé pour peindre le corps d’une femme) évoquant par ce choix de couleurs une formed’harmonie, de communion entre le corps nu et la nature.

Dans cette œuvre les corps et les visages évoquent les objets de « l’Art Primitif » (masques et sculptures d’Afrique et d’Océanie) découverts au début du siècle et qui fascinent et inspirent partout en Europe les artistes modernes : représentations simplifiées, non réalistes, parfois disproportionnées du corps ; le visage de la jeune fille assise au premier plan évoque par sa forme triangulaire et très simplifiée les masques africains.

 

Pour Kirchner, ainsi que pour ses amis expressionnistes, peindre et créer c’est inventer de nouvelles formes, rechercher une nouvelle façon de représenter le Monde et c’est renoncer aux choses du passé et de la tradition pour entrer dans une ère de nouveauté et de modernité.

 

On peut penser alors que les peintres expressionnistes sont en accord avec leur temps et leur siècle, qu’ils sont des artistes ouverts à la nouveauté offerte au début du XXème siècle, créant par exemple sous l’influence des objets Africains et Océaniens récemment découverts et renonçant au classicisme et au réalisme qui selon eux sont largement dépassés et appartiennent au passé.

 

En effet, pour ces jeunes artistes le classicisme et le réalisme ne peuvent pas représenter l’homme et le monde du début du XXème siècle de façon juste : ce moment de l’histoire est marqué par les progrès de la technique, par des découvertes dans tous les domaines (aérospatiale, automobile, physique, médecine, astrophysique…) ; entre 1910 et 1940 le monde va vite, accélère, éclate aussi (première guerre mondiale), c’est un monde aux multiples facettes.

Pas étonnant alors que Kirchner choisisse de peindre son œuvre à larges traits (sans trop de précision), il peint vite et comme dans l’urgence, il veut fixer les choses avant qu’elles ne disparaissent ; pas étonnant alors que son œuvre puisse sembler « non finie. »

vendredi 15 novembre 2013 17:57


Les Quatre Eléments

Blog de titou23 :histoire de l' art, Les Quatre Eléments

Cette oeuvre est fondamentalement différente de celle de Kirchner. Ziegler appartient auxproches d’Hitler, c’est d’ailleurs lui qui est chargé par le régime nazi de « purifier » les musées Allemands des œuvres d’Art Moderne et de les en retirer afin qu’elles soient exposées àMunich en 1937 dans l’exposition des « Arts Dégénérés. »

 

Ziegler fait partie des artistes préférés d’Hitler qui produisent à la demande des œuvres à la gloire du régime nazi. Les œuvres ainsi réalisées sur commande du Führer sont des œuvres de propagande qui véhiculent une image idéale et parfaite de l’Allemagne et de la race aryenne, on les appelle « Art Héroïque » puisque les personnages qui y sont représentés sont les héros blonds et musclés, athlétiques et puissants qui doivent sauver l’Allemagne de toute invasion étrangère.

Ces œuvres de propagande représentent alors une Allemagne unifiée par ses valeurs nationales et traditionnelles : la terre, la famille, le culte de la race aryenne, elles sont donc strictement  anti-modernes, refusent la nouveauté jugée dangereuse car capable de pervertir les valeurs traditionnelles.

 

Pour Ziegler ce qui est moderne est suspect et le signe d’une folie, son œuvre est donc logiquement une œuvre classique.

 

Le sujet choisi pour cette œuvre, les Quatre Eléments est un sujet classique par excellence puisqu'il fait référence aux mythes fondateurs de toute civilisation, à la création du monde.

Ces quatre femmes qui représentent chacune un élément naturel (feu, eau, terre, air) sont appelées des Allégories, les attributs qu’elles portent nous permettent de les identifier : de gauche à droite : la torche pour le Feu, la soucoupe pour l’Eau, le blé pour la Terre, l’Air est lui représenté grâce à une chevelure légèrement agitée par un coup de vent.

 

L’Allégorie permet de représenter une idée, une notion abstraite en les illustrant ou les personnifiant et ce sont les grecs de l’Antiquité qui ont inventé ce mode de représentation ! On comprend alors que les influences de Ziegler sont bien classiques et puisées dans le passé.

 

Ensuite, les corps sont représentés de manière très réaliste, Ziegler représente des corps proportionnés, les peint avec finesse et application (contrairement à Kirchner qui peint à grands traits, schématise et déforme les corps) et utilise des couleurs réalistes. Les femmes représentées se ressemblent toutes : elles sont blondes, paraissent toutes avoir le même corps :ces femmes sont à l’image de l’uniformisation de la nation allemande par la race aryenne qui ne laisse pas de place pour la différence, l’étranger. Chevelures sages, hanches larges et ventres très légèrement arrondis, poitrines marquées : ces quatre femmes ont des corps de mères faits pour enfanter les petits enfant blonds et robustes de la nation allemande.

 

Pour Hitler, la femme est d’abord une mère qui a la charge d’assurer la pérennité de la patrie.

 

Autres caractéristiques classiques dans cette œuvre :

1. le sol en damier dessiné grâce à une perspective à deux points de fuites (donc une technique de dessin héritée de la Renaissance),

2. les linges drapés sur le banc qui évoquent la sculture grecque et romaine 

3. la structure même de l’œuvre en trois parties ou trois panneaux, on appelle cela untriptyque. Le triptyque évoque inévitablementles Retables de la Renaissance, tableaux composés de trois panneaux et qui se trouvaient dans les églises, sur ces tableaux étaient représentées des scènes religieuses.

 

Cette liste des caractéristiques classiques de l’œuvre de Ziegler nous montre à quel point cet artiste crée comme si son présent moderne n’existait pas puisqu’il puise toutes ses influences dans le passé, la tradition, les valeurs nationales.

 

On comprend alors qu’une œuvre de propagande est une œuvre qui se veut objective (= fidèle à la réalité) mais qui est en réalité très subjective, qu’elle présente une vision faussée, déformée du réel en ne choisissant de représenter que ce qui plaît et a de l’importance pour celui qui gouverne. 

On peut alors penser que les artistes expressionnistes (modernes) sont des artistes de leur temps alors que les artistes officiels du régime nazi, (artistes de propagande, de l’Art Héroïque) sont en décalage avec leur temps présent parce qu’ils nient la réalité du Monde qui les entoure.

 

L’Histoire ne garde d’ailleurs quasiment rien des œuvres de l’Art Héroïque alors que les œuvres expressionnistes ont aujourd’hui un grand succès auprès du public.

dimanche 27 octobre 2013 13:55


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à titou23

Vous devez être connecté pour ajouter titou23 à vos amis

 
Créer un blog